La démystification du lait

20/04/2015
News lait os calcium

Ces derniers temps la communication dans la presse au sujet du lait est à ce point confuse que certains spécialistes des os ont estimé utile d'apporter quelques précisions. C'est ce qu'ils ont fait lors d'un symposium "Dairy and bone health: turning facts and beliefs into clinical practice", organisé à Milan le 28 mars 2015 lors du congrès mondial du WCO-IOF-ESCEO1 sur l'ostéoporose, l'ostéoarthrose et les troubles musculo-squelettiques.

Le symposium "Dairy and bone health: turning facts and beliefs into clinical practice" était organisé par le Centre de Recherche et d'Information Nutritionnelles (CERIN) en collaboration, avec la Global Dairy Platform (GDP) et le European Milk Forum (EMF) dont VLAM fait partie. Ce fut l'occasion de présenter un état des connaissances scientifiquement fondées en ce qui concerne les produits laitiers et la santé osseuse. Mais d’autres affirmations relatives aux produits laitiers ont également été examinées d'un point de vue scientifique. Plus de 300 médecins, scientifiques et chercheurs participaient à ce symposium.

Une bonne santé osseuse

L'ostéoporose est un véritable problème de santé publique, tant sur le plan humain qu’économique. C’est ce qu'affirme le professeur Jean-Yves Reginster, président de l'ESCEO, chef du service pour les maladies osseuses du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Liège et professeur d'épidémiologie lié à l'Université de Liège. En Europe, plus de 22 millions de femmes de plus de 50 ans (22% de la population) et 5,5 millions d'hommes (7 % de la population) sont atteints. La prévention de l'ostéoporose, y compris par l'alimentation, doit faire l'objet d’une attention plus poussée.

Le Dr Olivier Bruyère, épidémiologiste au département de santé publique de l'université de Liège et membre du Belgian Bone Club, confirme que pendant l’enfance et l’adolescence, les effets favorables du lait et des produits laitiers sur la santé osseuse sont largement démontrés. Chez l’adulte les produits laitiers ont un effet bénéfique sur la densité minérale osseuse et les marqueurs sanguins du métabolisme osseux. Ceci est le fait de leur richesse en nutriments essentiels, notamment du calcium et des protéines. Le Dr Bruyère insiste sur le fait qu'il serait souhaitable de mettre en place des stratégies de santé publique pour que la recommandation de consommer 3 produits laitiers par jour soit effectivement appliquée. D’autant plus que la prise moyenne de calcium semble insuffisante à l'heure actuelle, principalement chez les adolescents, les femmes et les personnes âgées.

Réduire le risque d'ostéoporose et de fractures

Concernant la fracture, les données épidémiologiques sont peu nombreuses. Elles sont, par ailleurs, parfois contradictoires. Seuls des essais d'intervention sur une longue durée seraient à même de pouvoir affirmer un lien de cause à effet mais ces études ne sont pas réalisables avec des personnes en nutrition sur une longue durée. En revanche, on dispose de tels essais pour le calcium et la vitamine D.

Différentes analyses démontrent que la prise de calcium et de vitamine D diminue significativement le risque d’ostéoporose et de fracture. Le professeur Reginster confirme qu'une bonne alimentation avec suffisamment de calcium doit être privilégiée par rapport aux suppléments. Le lait et les produits laitiers sont une de nos meilleures sources naturelles de calcium. Il illustre par un exemple : il faudrait manger 300 g de brocolis pour avoir autant de calcium assimilé que dans un verre de lait. Outre le calcium, le lait et les produits laitiers apportent encore d'autres nutriments essentiels tels que des protéines qui contribuent également à une bonne santé osseuse.

Le Dr Olivier Bruyère rappelle que le risque de fracture dépend autant du niveau de pic de masse

osseuse atteint en fin de croissance, que de l’importance de la perte osseuse liée à la ménopause ou à l’âge. Dans ces deux cas, le lait et les produits laitiers ont des effets favorables. Il estime dès lors que consommer 3 produits laitiers par jour en combinaison avec une activité physique régulière et une exposition modérée au soleil pour la vitamine D, est la meilleure prévention de l’ostéoporose et des fractures.

Pas d’acidification de l’organisme

Le professeur Tanis Fenton de la Faculté de Médecine de l’Université de Calgary (Canada), affirme que la théorie acide-base plus connue comme diète alcaline n’a aucun fondement scientifique. Ce que vous mangez, y compris par exemple tant les protéines animales que végétales, peut modifier le pH des urines, mais en aucun cas celui du sang. Heureusement, sinon l’espèce humaine aurait disparu depuis longtemps. Des études montrent qu’il n’y a aucune perte de calcium osseux lorsque l’on fait varier les apports de protéines. Une perte accrue de calcium via les urines est compensée par un accroissement de l'absorption de calcium par les intestins. Des apports protéiques insuffisants sont un facteur de risque d’ostéoporose et de fractures. Une prise suffisante de protéines mais aussi de calcium est donc importante pour une bonne santé osseuse.

Il n’y a aucune preuve que le lait et les produits laitiers augmentent le risque d'obésité, de maladies cardio-vasculaires et de diabète de type 2.  Le professeur Jean-Jacques Body, chef du service de médecine interne du CHU Brugmann à Bruxelles et membre du Belgian Bone Club, se dit fatigué des polémiques qui veulent que le lait soit bon pour la santé ou pas. Elles sèment le doute auprès des consommateurs et des patients alors qu'il y a pourtant suffisamment de preuves que les trois portions de lait et de produits laitiers recommandées contribuent, dans le cadre d'une alimentation équilibrée, à un bon état de santé. À plus forte raison pour leur richesse en nutriments. Le lait et les produits laitiers tels que le yaourt et le fromage sont par nature de bonnes sources de calcium, de protéines, de phosphore, de potassium et de vitamines B2 et B12.

Pas de risque accru de cancer

Il n’y a aucune preuve que le lait et les produits laitiers augmentent le risque de cancer. La référence scientifique par excellence pour la relation entre l’alimentation et le cancer est l'étude menée en la matière et régulièrement mise à jour par le “World Cancer Research Fund” (WCRF). Le WCRF affirme que jusqu'à présent aucune relation n'a été établie entre les produits laitiers et les risques de cancer du sein ou des ovaires. Les indications d'un risque élevé de cancer de la prostate dû à une consommation accrue de produits laitiers et de calcium sont limitées. Le lait, par contre, réduirait le risque de cancer colorectal.

La plupart des personnes avec une maldigestion du lactose peuvent sans problème digérer 12 g de lactose ou environ un quart de litre de lait par jour, certainement s'ils sont consommés en petites quantités, fractionnées au cours de la journée, au cours d’un repas ou sous forme de yaourts et de fromages. Les personnes avec une maldigestion du lactose, une minorité en Europe, ont une activité lactasique réduite. La lactase permet de digérer le sucre contenu dans le lait, le lactose. Les personnes saines peuvent, sans problème, digérer les quantités recommandées de lait et de produits laitiers.

L'allergie aux protéines de lait est rare chez les adultes. Elle affecte entre 1 et 3 % des nouveaux-nés et requiert des conseils nutritionnels professionnels adaptés. Cette allergie disparaît chez plus de 90 % des enfants vers l’âge de 6 ans.

D’après un communiqué du VLAM

1. International Osteoporosis Foundation (IOF) - European Society for Clinical and Economic Aspects of Osteoporosis and Osteoarthritis (ESCEO)

Disponible en ligne :

 

• Résumé, messages clés et présentations des intervenants du symposium "Dairy and bone health: turning facts and beliefs into clinical practice" qui était organisé à Milan le 28 mars 2015 lors du 3e congrès mondial du WCO-IOF-ESCEO sur l'ostéoporose, l'ostéoarthrose et les troubles musculosquelettiques

http://www.milknutritiousbynature.eu/befr/events/past-events/

 

• Synthèses, présentations et plus d'informations au sujet des symposiums précédents:

http://www.milknutritiousbynature.eu/befr/events/past-events/

 

• En savoir plus sur le projet d'information de l'EMF "Milk, nutritious by nature":

http://www.milknutritiousbynature.eu/befr




http://nutriphyto.be/

Recherche



Dernières publications


Livres


Inscription à notre newsletter